CHAT SACRE DE BIRMANIE

Chat sacré de Birmanie, race de chat domestique à poil mi-long, aux yeux bleus et aux pattes gantées de blanc à leur extrémité.

HISTORIQUE :

La légende veut que le chat sacré de Birmanie descende d’un couple de chats rapporté de Birmanie en France au début du xxe siècle et provenant du temple bouddhiste de Lao Tsun. Les chats gardiens du temple y auraient acquis leurs yeux bleus et leurs pattes gantées de blanc il y a plusieurs siècles, après que l’un d’eux, compagnon d’un moine décédé au cours d’une attaque du temple, a imploré la déesse de la Réincarnation Tsun Kyan Kse. L’extrémité des pattes de ce chat serait devenue d’un blanc immaculé, symbolisant la pureté du moine. Sept jours plus tard, le chat aurait disparu, emportant l’âme de son maître au ciel, tandis que tous les autres chats du temple se transformaient à leur tour, prenant des yeux bleus et des pattes gantées.

En réalité, le birman ne provient pas de Birmanie : il est issu d’un croisement réalisé en France dans les années 1920 entre un siamois aux pattes gantées et un chat à poil long (un angora turc ou un persan). La race est reconnue en 1926, année de sa première présence en exposition.

CARACTÉRISTIQUES :

Le chat sacré de Birmanie est un animal musclé à forte ossature. Les pattes sont fortes, la tête large et arrondie. Les yeux, grands et espacés, presque ronds, sont bleus. Comme chez le siamois, la robe est de couleur claire, allant du blanc au crème ; les oreilles, le masque, les pattes et la queue sont de couleur différente, contrastée : brun foncé (seal point), brun clair (chocolate point), bleu-gris (blue point), gris rosé (lilac point), roux (red point), crème (cream point), tigré (tabby point) ou écaille (tortie point). L’extrémité des pattes est d’un blanc immaculé.

Le birman est un chat calme, qui miaule faiblement. Très affectueux — le mâle l’étant toutefois plus que la femelle —, il est très attaché à son maître et ne supporte pas la solitude. Il convient à la vie en appartement mais est également très à l’aise en plein air, où il se révèle bon chasseur. L’entretien de son poil est moins exigeant que celui du persan, mais nécessite néanmoins un brossage quotidien en période de mue.

Plus élancé que le chat persan, le chat sacré de Birmanie, une magnifique race à poils longs, possède des traits raffinés en accord avec les légendes de son passé. On dit, par exemple, que ses pattes blanches symbolisent la sainteté du moine bouddhiste dont il était l’animal familier et qui a été tué par des bandits venus détruire son temple.

Le seal point représenté ici présente une des gammes de couleurs reconnues par les associations félines.


pub au dessous des boutons